Konbini - Sayaka Murata

Adultes
Livre

Au Japon, un konbini est une petite épicerie de proximité, ouverte en continu (24/7/365). Le terme vient de l’anglais « convenience store », ce qui signifie magasin pratique. Ces petits commerces sont très répandus au Japon, et on les voit très souvent dans les productions japonaises – films, romans, ou bandes dessinées.

C’est au travers des yeux de Keiko Furukura que nous allons découvrir cet univers. En effet, Keiko travaille dans un konbini depuis des années. C’est l’un des seuls lieux où elle se sent à son aise, fondue dans l’anonymat de l’emploi japonais. Les employés portent l’uniforme, répètent des formules toutes faites avant l’embauche, et doivent totalement s’investir dans leur tâche.

Keiko, qui depuis toujours éprouve des difficultés à comprendre les règles plus ou moins subtiles de la vie en société, s’épanouit dans cet univers parfaitement normé et calibré, où toutes les règles sont clairement énoncées. Malgré cela, elle a toujours le sentiment d’être une forme d’imposteur, qui mime les autres sans vraiment faire partie du groupe, tel un caméléon. Personnage central du roman, on se demande à quel point elle est l’incarnation de son auteur, qui malgré le succès de Konbini au Japon, continue de travailler en supérette.

Ce court roman pointe parfaitement du doigt le paradoxe de la société japonaise qui exige à l’humain de s’intégrer totalement dans une entreprise, dans un groupe social, dans les attentes de la société, et qui dans le même temps rejette aisément toute personne qui y perdrait son individualité. L’ambiance japonaise est à la fois frappante par son extrême besoin d’intégration à nos yeux européens ou français, mais au final n’est pas toujours si différent de ce qui existe chez nous, et c’est à mon sens là tout l’intérêt de ce roman. L’entourage qui s’inquiète d’un célibat prolongé, d’un petit boulot qui dure, d’un manque de stabilité ou de fiabilité… tout cela n’a pas d’origine géographique et se transpose à travers les continents et les langues. La seule difficulté de lecture viendra des noms japonais qui émaillent le récit, mais c’est également ce qui fait le charme des romans étrangers.

Ed. Denoël, 2018

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Médiathèque
François Mitterrand
68 rue Vincent Jézéquel
29480 Le Relecq-Kerhuon
02 29 00 52 75

Nous contacter 

Horaires d'ouverture

Mardi : 14h-18h
Mercredi : 10h-12h / 14h-18h
Jeudi : 14h-18h
Vendredi : 14h-18h
Samedi : 10h-13h

Galerie d'images