Dossiers thématiques

Les romans étrangers

  • Une enfance de Jésus - JM Coetzee (Seuil - 2013)

John Maxwell Coetzee, l'auteur sud-africain, nobellisé en 2003, nous revient avec un très beau récit, aux multiples facettes.

Le jeune David et Simón, son protecteur, sont arrivés – on ne sait d’où – par bateau dans un camp de transit, où ils ont été "reconditionnés" afin de s’intégrer dans leur nou­veau pays : nouveaux noms, nouvelles dates de naissance, mémoire lavée de tout souvenir, apprentissage rapide de l’espagnol, langue du pays. Puis ils ont traversé le désert et ont atterri dans un centre d’accueil, où les services publics leur allouent un logement et aident Simón à obtenir un emploi de docker. David ayant perdu en mer la lettre qui expliquait sa filiation, Simón se fait le serment de lui trouver une mère que son intuition seule désignera. Ce sera Inès. Simón lui confie alors David.

Les thèmes évoqués dans ce roman sont multiples et les possibilités de lecture également : la paternité, la maternité, l'éducation, le désir, l'exil, la frustration, l'attachement et bien sûr l'émigration. Et les questions posées par JM Coetzee sont tout aussi nombreuses. Mais c'est au lecteur d'y apporter ses propres réponses, car l'auteur n'explique pas mais nous laisse interpréter son histoire.

Le récit est à la fois étrange, car énigmatique, et merveilleux car il est difficile de s'en détacher, tant le récit de la relation nouée entre David et Simon est prenant.

Au final, un très beau roman pour ceux qui aiment ne pas avoir toutes les clés et imaginer leurs propres réponses.

  • La Lettre à Helga – Bergsveinn Birgisson (Zulma - 2013)

Ce roman se présente sous la forme d’une longue lettre écrite par Bjarni Gislason à la femme qu’il a toujours aimée, Helga. Au soir de sa vie, Barni sent en effet le besoin de faire un retour en arrière sur sa vie. Nous découvrons une existence rude vouée à son métier d’éleveur de moutons et empreinte de son amour pour la nature et les hommes qui l’entourent. Sa passion pour Helga, cette femme interdite car déjà mariée, vient bouleverser cette vie tranquille. Bjarni, renoncera-t-il à ce monde, à cette terre qu’il aime pour suivre Helga ?

Une confession dont la sensualité brute est à l’image de cet homme simple pour qui la nature est une source d’inspiration et de consolation. Une histoire qui se lit bien mais dont le style parfois cru ne renouvelle pas fondamentalement le genre. Reste les descriptions savoureuses de la vie quotidienne,  pleines d’humour et de tendresse pour ces hommes à la vie rude, notamment l’épisode du transport du cadavre de Sigridur, épique!  

  • Esprit d'hiver - Laura Kasischke (Bourgois - 2013)

Laura Kasischke nous revient avec son 9ème roman publié en France. Cette auteure américaine de 52 ans est sans doute une des plus douées de sa génération.

Esprit d'hiver s'inscrit dans la lignée d'Un oiseau blanc dans le blizzard : il s'agit d'un huit clos entre une mère et sa fille.

C'est le jour de Noël, Holly et son mari se sont réveillés tard. Éric file à l'aeroport pour récupérer une partie des invités devant participer à la fête de Noël. Pendant ce temps, Holly reste à la maison avec sa fille adolescente pour préparer les festivités. Mais le blizzard va empêcher les invités d'arriver et confiner Holly et sa fille à la maison. Durant cette journée, les relations entre la mère et la fille se tendent de plus en plus, les comportements se font de plus en plus étranges, jusqu'au dénouement final.

Ce dénouement, comme toujours avec Laura Kasischke, est implacable et inattendu. Tout au long du récit, le lecteur pense assister à des chamailleries entre une mère et sa fille adolescente. C'est là, la grande force de Kasischke : dans un style très simple, et sans rien laisser voir à son lecteur, elle tisse un récit d'une grande intensité.

  • Dans le silence du vent - Louise Erdrich (Albin Michel - 2013)

Joe, jeune Amérindien de treize ans, vit avec sa famille dans une réserve du Dakota du Nord.

Les Coots mènent une vie tranquille et heureuse jusqu’au jour où Géraldine, la mère, revient de son travail en état de choc. Elle vient d’être victime d’un viol et demeure prostrée, refusant de dénoncer son violeur. Ce drame va forcer Joe à quitter l’enfance irrémédiablement. Prenant conscience des insuffisances de la justice et de l’impuissance de son père, juge sur la réserve, il décide de mener l’enquête lui-même, aidé de ses meilleurs amis.

Dans ce livre superbe et prenant, couronné par le National Book Award, l’auteure nous dépeint un drame sombre mais, paradoxalement, étonnamment lumineux. Peut-être à cause d’un style qui mêle à la fois humour et poésie.

Louise Erdrich rend avec justesse et une grande fraîcheur l’univers de l’adolescence, une adolescence partagée entre l’horreur de la situation et l’insouciance.

Un roman fort qu’on lit d’une traite. Un des grands romans de la rentrée.

  • Le livre du roi - Arnaldur Indridason (Métailié-2013)

Arnaldur Indridason, auteur bien connu de polar et couronné de nombreux prix, a choisi dans son nouveau roman de s'écarter du polar et de son inspecteur Erlendur. Nous voici bien loin, du climat habituel des livres de l'auteur. Cette fois ci, il nous plonge dans un roman d'aventure basé sur la recherche d'un manuscrit nordique ancien : Le livre du roi.

Dans l'Europe de 1955, un professeur spécialiste des manuscrits islandais embarque Valdemar, un jeune étudiant islandais, fraichement débarqué à Copenhague, à la recherche du Livre du roi, un manuscrit écrit au XIVème siècle et longtemps disparu. Ce livre a l'origine des mythes fondateurs islandais a été volé au professeur pendant la seconde guerre mondiale par des nazis avide de légitimité symbolique. Le professeur en fait donc une quête personnelle, entraînant son jeune étudiant à travers l'Allemagne de l'Est, de bouquinistes en  antiquaires, en passant à travers les mailles du filet d'ex-nazis, eux aussi à la recherche du livre.

Pendant les 100 premières pages du livre, il faut batailler avec une pluie de patronymes nordiques évidemment compliquée pour nous autres. On se noie un brin dans ces Petursson, Thordarson et autre Halgrimsson. Une fois le récit lancé, nous suivons les péripéties de nos deux personnages sans ennui, mais sans passion non plus. Malgré tout, le style d'écriture d'Indridason est bon et ses personnages attachants nous mènent jusqu'au dénouement de l'histoire.

Le livre du roi a été écrit en 2006 entre Hiver arctique et Hypothermie. Pas sûr que les lecteurs inconditionnels d'Indridason s'y retrouvent.

  • Fiançailles - Chloé Hooper (Christian Bourgois - 2013)

J'avais beaucoup aimé le premier roman de Chloé Hooper, Grand homme, disponible d'ailleurs à la médiathèque.

Ce second roman est très différent car il s'agit d'un thriller psychologique.

Liese est une architecte anglaise. Elle démarre une nouvelle vie en Australie, à Melbourne, où elle devient agent immobilier pour le compte de son oncle. Mais dans cette nouvelle vie, elle ne laisse pas pour autant derrière elle ses soucis d'argent.

Elle rencontre Alexander, qui cherche à acheter un pied-à-terre en ville. Sans préméditation, presque par hasard, elle démarre avec lui une relation tarifée. Cet homme sera son seul et unique client, pourtant elle lui fera entendre le contraire et le laissera imaginer qu’un lourd passé l’a conduit à la prostitution.

Grâce à Alexander, sa situation financière s'améliore et lui permet d'envisager un retour en Grande-Bretagne. Avant son départ, elle accepte de passer un dernier weekend en compagnie d’Alexander, dans sa grande maison perdue dans le bush. Bien entendu, c’est une folie d’accompagner ce parfait étranger et elle le regrettera amèrement lorsque, pour la sauver, il décide de la demander en mariage…

C'est un livre très intense, un mélange de suspens et de sensualité. L'ambiance y est angoissante pour le lecteur car, au fil des pages, la personnalité de Liese se révèle complexe, pour ne pas dire trouble.

Décidément Chloé Hooper est un auteur à suivre de près.

 

 


Médiathèque
François Mitterrand
68 rue Vincent Jézéquel
29480 Le Relecq-Kerhuon
02 29 00 52 75

Nous contacter 

Horaires d'ouverture

Mardi : 10h-12h / 15h-19h
Mercredi : 10h-12h / 15h-19h
Jeudi : 10h-12h
Vendredi : 10h-12h / 15h-19h
Samedi : 10h-18h
Dimanche : 15h-18h

Galerie d'images